Lit Japonais

Lorsque vous glissez l’oshiire (portes coulissantes) d’une chambre à coucher Nippone, il y a de fortes chances que vous tombez nez à nez avec un lit japonais dit « lit futon ». Il s’agit ici d’un matelas à même le sol, qui dégage une sensation de détente. Les Japonais ont conservé une approche unique et minimaliste du sommeil pendant des siècles, un système de sommeil très différent d’une grande partie du reste du monde.

Mais si cette méthode traditionnelle de sommeil est très populaire au Japon, elle devient un choix de plus en plus fréquent pour les personnes en dehors du pays qui sont à la recherche d’un sommeil plus profond, et peut-être d’un style de vie plus minimaliste.

Nous avons sélectionné ici les lits Japonais les plus populaire du marché, en voici donc quelques-uns :

Sélection des meilleurs lit Japonais :

La principale différence dans la façon traditionnelle de dormir des Japonais est qu’ils dorment sur le sol, sur une combinaison de coussins et de tapis disposés avec précision.

En bas, on trouve un tatami, suivi d’un shikifuton (ou matelas) et d’un kakebuton (la couette), le tout couronné d’un makura (oreiller) en forme de cosse de sarrasin. Voici un aperçu du rôle que joue chaque élément dans une bonne nuit de sommeil.

Le Tatami Japonais

tatamis-japonais
Amazon.frTaille : Au choixPrix : 106€

Les tatamis sont des nattes souples fabriquées à partir de paille de riz et d’une couverture en jonc. Ils étaient traditionnellement utilisés comme revêtement de sol dans les maisons japonaises, mais aujourd’hui, on les trouve principalement dans une pièce réservée aux tatamis, qui est le plus souvent utilisée pour dormir. Les tatamis peuvent également être enroulés pendant la journée lorsqu’ils ne sont pas utilisés, et déroulés la nuit dans les espaces plus petits où il n’y a pas de pièce réservée aux tatamis, ou pour ouvrir une pièce aux autres usages.

Les tatamis rendent le sol plus confortable, et servent également de barrière respirante et anti-humidité entre le matelas du futon et le sol. La plupart des tapis Tatami modernes ont une couche intégrée résistante à l’humidité.

Le Shikifuton

Le deuxième élément du système de sommeil japonais est le shikifuton (ou shikibuton). Il s’agit de matelas fins (généralement de 7 à 10cm d’épaisseur) fabriqués à partir de couches de coton remplies à l’intérieur d’une couverture en coton.

shikifuton
Amazon.frCouleur : Au choixPrix : 111€

Lorsqu’il est temps de dormir, le shikibuton est déroulé sur le tatami, puis enroulé à nouveau et rangé pendant la journée. Cela permet d’utiliser la pièce ou la zone de sommeil du tatami à d’autres fins pendant la journée, et permet également aux shikibutons de s’aérer. Les Japonais les suspendent souvent au soleil pendant la journée pour éviter la formation de moisissures. Idéal sur un lit en bambou.

Le kakefuton

Un kakefuton (ou kakebuton) est une couette japonaise traditionnelle. Elle est généralement garnie de fibres de soie, qui aident à retenir et à diffuser la chaleur de manière uniforme, et sont également hypoallergéniques et inhospitalières pour les acariens. Les housses de kakefuton sont souvent associées au kakefuton pour faciliter l’entretien et le lavage.

futon-kakefuton
Amazon.frTaille : 70×140 ou 100×210Prix : 199€

Oreillers à coque de sarrasin

Le dernier élément du système de sommeil traditionnel japonais est l’oreiller en écales de sarrasin (sobakawa). Ces oreillers sont constitués d’une enveloppe intérieure remplie d’écales de sarrasin soigneusement lavées (et généralement biologiques) et d’une enveloppe extérieure. La housse intérieure est dotée d’une fermeture à glissière cachée qui permet d’ajouter ou de retirer facilement des écales de sarrasin pour ajuster la fermeté et le niveau de confort de l’oreiller. Les écales de sarrasin permettent également à l’air de circuler dans l’oreiller, ce qui garde la surface fraîche.

sobakawa
Amazon.frCouleur : BlancPrix : 24,99€

Bien que les écales de sarrasin ne puissent pas être lavées, elles peuvent être retirées des étuis et conservées pendant le lavage de ces derniers. 

Les avantages d’un lit Japonais

D’abord, les partisans du système de sommeil japonais revendiquent de nombreux avantages. Tant sur le plan de la santé que sur d’autres plans. Les bien faits de dormir sur le sol existe.

Parmi eux :

  • Des températures plus fraîches, puisque l’air frais se dépose sur le sol.
  • Une meilleure circulation et une réduction des douleurs dorsales et musculaires.
  • Un meilleur alignement de la colonne vertébrale.
  • Respect de l’environnement, puisque les shikibutons sont fabriqués uniquement à partir de coton.
  • Plus d’espace, puisque le matelas peut simplement être roulé lorsqu’il n’est pas utilisé, ce qui laisse plus d’espace à vivre.

Autres principes du sommeil Japonais :

Outre le système de couchage en futon, les Japonais ont un certain nombre d’autres pratiques communes en matière de sommeil. Parmi elles :

Le cododo. Les familles japonaises partagent souvent deux ou trois grands futons répartis dans une pièce en tatami, les parents dormant à côté des bébés et des jeunes enfants.

La sieste, mais pas dans un lit. Lorsque les Japonais enroulent leurs futons pour la journée, ils ne les ressortent qu’à l’heure du coucher. Mais cela ne veut pas dire que les Japonais ne font pas de sieste. Inemuri est le nom du phénomène japonais qui consiste à faire la sieste n’importe où, n’importe quand. Au travail, dans le métro, sur un banc dans un parc. Dès qu’ils ont besoin de se ressourcer, ils font une sieste rapide, où qu’ils soient.

Nous n’avons jamais mieux dormi que sur un futon japonais.

Contrairement aux canapés lits appelés « futons », les futons japonais sont des coussins de couchage matelassés, remplis de coton ou de fibres, qui peuvent être posés directement sur le sol ou sur un tapis en mousse, en tatami ou en bois. Bien que de nombreux Japonais disposent de matelas et de sommiers de style occidental, les futons restent un choix populaire, notamment dans les appartements compacts, car ils sont faciles à déplacer ou à ranger. Pour nous, dormir sur quelques centimètres de mousse et de rembourrage matelassé n’avait rien de spartiate, de rigide, ni même de particulièrement minimaliste. C’était juste ce qu’il fallait.

La surface du futon était agréablement coussinée, et la plate-forme en mousse et le plancher ferme en dessous offraient un soutien parfait. Il était frais dans la chaleur collante de l’été et confortable dans le froid humide de l’hiver. Le dos se sent bien. Cela pourrait être dû à la combinaison du coussin et de la fermeté du futon. Alors que certaines personnes jurent que dormir directement sur le sol ou sur d’autres surfaces dures aide à soulager le mal de dos, les experts affirment que les matelas de fermeté moyenne sont idéaux pour soulager le mal de dos. Bien qu’un lit japonais futon typique offre un bon coussin, il est plus dur que les matelas très doux à plateau-coussin ou à mousse à mémoire de forme.

Contrairement à un lit, un futon n’est pas un meuble qui domine la chambre à coucher. Un le lit japonais remplit son rôle lorsqu’il est nécessaire, la nuit, mais il disparaît ensuite facilement dans un placard. Ses utilisateurs peuvent utiliser tout l’espace de leur chambre pour jouer pendant la journée en tirant le futon dans une autre pièce de la maison. Les futons n’abritent pas non plus les nids de poussière.

Le Lit Japonais : Parfait pour tout usage

En fait, ils sont très faciles à nettoyer. Au Japon, les gens aèrent régulièrement leurs futons et autres literies, souvent en les hissant par les fenêtres ou les balustrades des balcons. Environ une fois par semaine, si le temps se dégage, les nippons enlèvent et lavent les draps, rassemblent les futons, les couettes et les oreillers, et les suspendent sur leur balcon pour profiter de quelques heures de soleil et d’air frais. C’est une corvée, mais cela vaut la peine pour le plaisir de se blottir dans un lit frais et odorant à la fin de la journée. Au Japon, vous pouvez même envoyer votre futon à la laverie pour un nettoyage en profondeur. Soudain, l’idée de dormir pendant des années sur un matelas que nous ne pourrions jamais laver nous a semblé un peu dégoûtante.

Aujourd’hui, en tant que rédacteur de l’équipe lit-princesse, j’ai pu tester toutes sortes de matelas à ressorts, à mémoire de forme et en latex, mais pour être tout à fait honnête, mon futon japonais me manque vraiment. A vous de faire votre choix !